Skip to main content
skip to content In English Search
Start of main content

Pascal et Marc-Olivier redonnent à la communauté

À peine trois heures après la naissance de Marc-Olivier, le premier enfant de Pascal Simard, directeur régional TI chez Stantec (Laval, Québec), les médecins lui annoncent que son fils est atteint de trisomie. Tout à coup, les préoccupations d’être nouveaux parents prennent une toute nouvelle dimension.

« Mes jambes ont flanché, j’étais en état de choc », raconte Pascal. Il se sentait dépassé par tous les questionnements qui accompagnaient le diagnostic. Comment son épouse, Annie, et lui allaient pouvoir gérer les problèmes de santé de leur fils, ses besoins en garderie, son éducation? Et, plus loin dans l’avenir, qui s’occuperait de Marc-Olivier lorsqu’ils ne seraient plus en mesure de le faire?

Heureusement, les médecins de l’hôpital ont présenté à Pascal et à Annie l’Association de Parents d’Enfant Trisomique-21 Lanaudière (APETL), un organisme qui fournit des réponses, de l’aide et services d’assistance aux parents d’enfants atteints de trisomie 21, la forme la plus répandue du syndrome de Down.

« Dès notre première rencontre avec l’APETL, nous leur avons fait confiance », affirme Pascal. Depuis, l’organisme a guidé Pascal et sa famille à surmonter des moments plus difficiles. Depuis dix ans, Pascal loue de l’APETL une chaise spéciale pour aider Marc-Olivier à se concentrer lorsqu’il est à la table. De plus, l’APETL a collaboré avec un autre organisme, Voyage de rêves, pour organiser un voyage à Disney World en Floride pour Marc-Olivier et d’autres enfants ayant des difficultés physiques, mentales ou sociales. L’organisme a surtout appris à Pascal et à Annie que la meilleure approche pour élever un enfant trisomique est d’entreprendre les défis une journée à la fois.

En septembre dernier, Marc-Olivier a débuté le secondaire. « En effet, élever un enfant atteint de trisomie présente beaucoup de défis, même aujourd’hui. Mais nous sommes tellement choyés d’avoir Marc-Olivier dans nos vies », dit Pascal. « Nous nous sentons vraiment comblés ».

Lors de la journée « Stantec dans la communauté », sept collègues de Pascal ont eu l’occasion de redonner à l’organisme qui lui offre tellement de soutien. Ils ont construit des étagères, nettoyé des jouets, arraché des mauvaises herbes, tondu le gazon, ainsi que réorganisé le cabanon de l’APETL. Marc-Olivier, qui n’a pas pu être présent la journée-même de l’activité, est retourné la semaine suivante avec Pascal pour aider à nettoyer des jouets.

« L’APETL est là pour répondre à nos questions et pour nous aider. Redonner à cet organisme a été vraiment gratifiant, autant pour nous que pour l’entreprise », affirme Pascal.

End of main content To top